Me revoilà!

ballpen blur close up computer

Photo by Pixabay on Pexels.com

Coucou à toutes et à tous!

Je ne suis pas très présente sur le blog en ce moment. Mais je tenais à vous donner quelques nouvelles en vrac. Avant tout, sachez que tout va bien. Mon absence bloguesque est seulement due à un problème matériel.

Concernant Petit Bouchon, tout roule! Lors de ma dernière visite chez la gynécologue, le 3 mai dernier, celle-ci a préféré m’arrêter à cause des longs trajets quotidiens que j’ai à faire pour me rendre à mon travail. Une annonce qui ne m’a pas vraiment surprise. Je suis assez contente car j’ai « tenu » un mois de plus que pour Little Miss S. Et cette fois-ci, cerise sur le gâteau, mon col n’a pas bougé. Ce qui fait que je n’ai pas de précautions particulières à prendre. J’essaie bien sûr de me reposer au maximum (autant que possible avec une petite fille de 3 ans et demi) et de ne pas effectuer de trop longs trajets en voiture, mais je n’ai pas de stress ni de pression, comme pour ma première grossesse où mon col était déjà modifié à 5 mois.

Je ferai sans doute un article sur ma nouvelle vie de « maman au foyer » bientôt mais en gros je passe mes journées à m’occuper de ma fille, faire du tri/rangement dans la future chambre de Petit Bouchon qui est actuellement notre bureau, gérer  le quotidien (ménage, repas…), etc. J’ai également commencé les cours de préparation à l’accouchement avec une sage-femme. Pas vraiment essentiels pour moi qui suis déjà passée par là mais j’avais envie de consacrer un peu de temps uniquement à Petit Bouchon et de me remettre aussi un peu dans le bain. A partir du mois de juin, mon suivi commencera d’ailleurs dans la clinique où j’ai choisi d’accoucher. J’ai réalisé il n’y a pas longtemps que, outre le fait que je n’avais pas vraiment bien vécu mon premier accouchement, je n’avais pas envie de me retrouver dans la même maternité où j’avais subi mon aspiration. En fait, en choisissant un autre lieu, je tourne une page, même si je n’oublierai bien sûr jamais cette épreuve et ce bébé en devenir qui n’aura « vécu » que quelques semaines dans mon ventre.

En début d’article je vous parlais d’un souci matériel. Rien de bien grave heureusement, mais notre ordinateur nous a lâchés. J’écris donc sur ma tablette et je ne suis pas du tout à l’aise avec le clavier tactile. J’ai plein d’idées d’articles mais j’écris à la vitesse d’une tortue, ce qui me décourage un peu. Voici donc pourquoi vous n’avez plus de mes nouvelles depuis plusieurs semaines. Nous devrions faire l’acquisition d’un nouvel ordinateur bientôt mais en attendant je vous promets d’être plus productive sans trop m’énerver contre cette fichue tablette pas du tout fonctionnelle!

A très vite donc, et en ce jour festif, une petite pensée pour Meghan et Harry (moi qui adore les mariages) 😉

Publicités

Pourquoi nous n’aurons « que » deux enfants

pexels-photo-264109.jpeg

 

Pendant que j’écris ce texte je touche tout le bois possible pour que ma grossesse actuelle se déroule au mieux et qu’elle aboutisse à un Petit Bouchon en pleine forme.

Si tout se passe comme souhaité, ce sera donc ma troisième et dernière grossesse.

Troisième car, comme vous le savez si vous suivez régulièrement ce blog, j’ai fait une fausse-couche il y a presque un an.

Nous aurons donc deux enfants. Une fille et un garçon. Et même si Petit Bouchon avait été une fille, nous n’aurions pas tenté le petit troisième.

Et voici les raisons de ce choix (bien sûr elles n’engagent que Mister V. et moi et je ne juge en aucun cas les personnes qui décident d’avoir 0, 1, 3 enfants ou +) :

– Je ne vis pas mes grossesses sereinement. Et celle-ci encore moins que pour ma fille (sans doute à cause de ma fausse-couche). Bien sûr j’aime ressentir les coups de mon bébé et vivre cette relation particulière qui unit la maman et son enfant in utero, mais je suis souvent angoissée/préoccupée/inquiète (aucune mention inutile à rayer) pour lui. Clairement, pour ma part, l’état de grossesse n’est pas un état de grâce ni d’épanouissement. Alors, oui, je repenserai sans doute avec nostalgie à certaines étapes émouvantes et heureuses de mes grossesses et des premiers mois de bébé mais je ne pense pas que cela me fera changer d’avis.

– Une fois que les enfants sont là, il faut pouvoir leur donner tout l’amour et le temps qu’ils méritent. Nous passons vraiment des moments privilégiés avec Little Miss S. Je travaille à 80% pour m’occuper d’elle le mercredi et j’ai l’impression de ne pas avoir trop raté de choses de sa petite enfance, même en étant une « maman active ». Avec deux enfants, le temps que je leur consacrerai sera bien sûr plus restreint, mais il sera quand même important et je l’espère, de qualité, d’autant plus que je compte prendre un congé parental d’un an à la naissance de Petit Bouchon et continuer ensuite à travailler à 80%.

– Côté matériel, nous avons les moyens financiers d’élever deux enfants. De payer leurs futures études, de jolis vêtements, de leur faire faire des activités extrascolaires quand ce sera le moment, de voyager tous ensemble dans d’autres pays… Notre maison comporte trois chambres. Si jamais ils veulent un jour en partager une, ils pourront le faire mais ils auront aussi le choix et la chance d’avoir leur propre espace, si besoin. Avec un troisième enfant, notre budget serait, comme notre temps, plus restreint. Cela ne veut pas dire que nous serions moins heureux mais mon côté rationnel et prudent me dit que ce ne serait pas raisonnable, surtout si on veut garder les mêmes conditions et la même qualité de vie.

– J’ai 34 ans. D’accord, ce n’est pas vieux, mais ce n’est plus très jeune non plus ! Et faire un petit troisième à 37 voire 38 ans, je ne m’en sens pas capable. Je ne veux pas non plus que mes enfants aient des parents « trop » âgés (Mister V. a 3 ans et demi de plus que moi et aura donc presque 38 ans à la naissance de Petit Bouchon). L’idéal aurait été de commencer à agrandir notre famille plus tôt, mais nous voulions d’abord profiter à deux, devenir propriétaires et nous marier.

– J’aimerais retrouver mon corps ! J’ai du mal à accepter ma transformation physique en ce moment. Mon ventre a beaucoup grossi, en peu de temps. Beaucoup plus vite que pour Little Miss S. Pour le moment, j’ai pris à peu près 6 kilos (à presque 6 mois de grossesse) et je ne m’aime pas beaucoup. Lors de ma précédente grossesse, j’avais pris 15 kilos et j’ai mis un an et demi à les perdre. Je sais que cette fois encore, ce sera long et difficile. Mais j’ai une motivation supplémentaire. Normalement, il n’y aura plus de grosse reprise de poids ensuite puisque pas de nouvelle grossesse prévue. Je me remettrai donc au sport (que j’avais laissé tomber depuis 4 ans) après ma rééducation du périnée. J’en ai envie et besoin et je me dirai que cette fois, ce sera vraiment pour reprendre possession de mon corps, et pour un long moment !

– J’ai d’autres projets ! Alors oui, cela peut paraître égoïste, mais j’ai envie de tourner la page « grossesses », pour faire autre chose ! C’est-à-dire, voir grandir et m’occuper de mes enfants mais aussi évoluer dans ma carrière. Pour ce faire, il faut que je réussisse des concours et que je m’octroie du temps pour les formations et révisions qui me permettront d’accéder à cet objectif. Nous avons aussi envie de voyager de nouveau à l’étranger. Et même si c’est possible avec des enfants en bas âge (nous devrions d’ailleurs partir en Norvège dans un an pour rendre visite à mon beau-frère, ma belle-sœur et ma nièce fraichement expatriés là-bas), nous préférons attendre quelques années avant de partir à quatre dans des pays comme la Thaïlande, le Cambodge ou pourquoi pas l’Australie ! J’ai également envie de retrouver une vie de couple et de refaire des week-ends entre filles avant mes 40 ans. Alors même si je sais que mes parents pourront garder nos loulous, ce sera peut-être plus facile de les faire baby-sitter quand ils auront 5 et 8 ans que 4 et 1 ans (mais c’est sans doute mon côté maman poule qui parle).

Voilà les raisons qui me font dire que nous nous arrêterons à deux enfants. Mister V. est bien sûr d’accord avec moi (c’est une décision que l’on prend à deux, vous vous en doutez bien). Il n’y a pas de famille idéale et chacun voit midi à sa porte. Parfois certaines personnes ressentent le besoin de faire un autre enfant car, pour elles, leur famille n’est pas complète. Mais, honnêtement, je ne pense pas que ce sera mon cas. Et même s’il ne faut jamais dire jamais et que l’on peut encore changer d’avis, je pense que ce sera notre dernier mô(me).

Et vous, vous savez déjà combien d’enfants vous voulez ? Et pourquoi ? Vous avez du mal à vous dire que telle grossesse sera votre dernière, ou comme moi, vous vous projetez assez facilement dans « l’après » ? Dites-moi tout !

 

 

Fille ou garçon?

pexels-photo-416522.jpeg

Mon écho morpho (l’échographie du 2e trimestre où la gynéco prend de nombreuses mesures du bébé) ayant eu lieu jeudi dernier, je viens vous donner quelques nouvelles de petite crevette.

C’est avec un grand soulagement que Mister V. et moi-même avons appris que tout allait bien. Bébé est grand (mon mari mesure 1m88, et moi 1m70, donc rien de très étonnant !) et présente une « excellente vitalité fœtale », que l’on peut traduire par : « bébé qui n’arrête pas de bouger pendant l’échographie ».

La gynécologue a ainsi passé plusieurs minutes à m’appuyer sur le ventre pour voir tout ce qu’il y avait à vérifier au niveau du cœur. Elle y est finalement arrivée mais a eu beaucoup de mal tellement bébé faisait la java dans mon ventre.

Cet examen est aussi celui de la découverte ou de la confirmation du sexe (si bien sûr vous souhaitez savoir!). Pour nous, ce n’était pas vraiment une surprise car cela faisait deux fois que le médecin nous disait la même chose. Alors, je mets fin au suspense… nous attendons un petit garçon !

J’avoue que pour nous, le sexe du bébé importait peu. Je voulais une petite fille et j’ai eu ma Little Miss S. alors pour petite crevette, ce n’était que du bonus !

Concernant Mister V., il aurait bien aimé avoir une nouvelle petite fille au début, mais depuis qu’il sait que c’est un garçon, il est ravi et commence à se projeter avec son fiston.

Nous avons quand même quelques interrogations/craintes. Est-ce que Little Miss S. sera aussi complice avec un frère qu’avec une sœur ? Est-ce que leurs liens seront forts à l’âge adulte ? Autant de questions sans réponses pour le moment, mais les dés sont jetés de toute façon. À nous de faire que cette fratrie et notre famille soient les plus unies possibles.

Bref, malgré ces petits doutes, nous sommes tous les trois très heureux. Nous commençons à parler prénom, même s’il est pour ainsi dire déjà trouvé. C’est très étrange, mais depuis le début de ma grossesse, bien avant de connaître le sexe donc, j’ai un prénom dans la tête, comme si bébé me l’avait soufflé. Je pense que cela restera donc celui-ci, Mister V. ayant validé ce choix. Bon, c’est un peu frustrant pour moi qui adore chercher des prénoms, mais j’ai vraiment l’impression que c’est le seul qui corresponde à notre bébé.

Voilà pour les nouvelles. Concernant les mois à venir, il nous reste beaucoup de choses à faire : débarrasser la future chambre de bébé 2 qui est actuellement notre bureau (et ce ne sera pas une mince affaire !), l’aménager, la décorer, trier tous les vêtements de sa sœur qui pourraient lui aller (le sexe et la saison étant différents de la première fois, je ne sais pas trop ce qu’on pourra récupérer), faire un point sur les équipements qui nous manquent (un baby-phone – le nôtre a grillé pendant un orage-, un landau – je rêve d’un berceau cododo Next2Me, une écharpe de portage, des biberons, des sucettes, un doudou, etc.).

Pour le côté « théorique », je vais suivre des cours de préparation à l’accouchement avec la sage-femme de mon village. Pour Little Miss S. j’avais opté pour les cours donnés dans l’hôpital où j’ai accouché. Je voudrais également suivre un atelier sur le portage. Bref, me préparer un peu et nous octroyer, à mon bébé et à moi, un peu de temps rien que tous les deux. Un peu avant l’accouchement, j’irai également faire quelques séances chez un ostéopathe.

Ma gynécologue a prévu de m’arrêter au prochain rendez-vous, c’est-à-dire le 3 mai. Comme j’ai beaucoup de route (un trajet quotidien de 100 km, aller-retour), elle préfère que je ne force pas trop. Je serais donc à 6 mois de grossesse. J’aurais tenu un mois de plus que pour Little Miss S., et j’en suis très fière !

En attendant, nous partons en vacances dans 15 jours. Pas très loin, à une heure de route, dans une sorte de club-camping à côté de la mer, avec piscines intérieures et extérieures chauffées, jeux pour les enfants, animaux de la ferme, etc. C’est la première fois que nous choisissons ce mode de vacances, mais nous voulions être prudents. Little Miss S. pourra bien s’amuser et nous, nous reposer. Bref, j’ai vraiment hâte !

En juillet, lorsque mon congé maternité aura commencé, nous repartirons également près de la mer pour profiter encore un peu avant l’arrivée de petite crevette. Ah oui, j’ai failli oublier! J’ai décidé de le rebaptiser. Pour un grand garçon, je trouve que petite crevette ce n’est plus très approprié. Je l’appellerai donc ici désormais Petit Bouchon et viendrai vous raconter prochainement la suite de nos aventures 😉

 

 

 

 

 

 

La maman que j’aimerais être dans 20 ans

pexels-photo-680916.jpeg

Je me suis posée récemment la question de savoir quelle maman je voudrais être dans quelques années, quand mes enfants seront devenus des adultes. Lorsque je réfléchis à mes relations avec ma mère ou avec ma belle-mère, je me dis qu’il y a telle ou telle chose que j’aimerais faire différemment d’elles (beaucoup concernant ma belle-mère d’ailleurs !!!)

Dans 20 ans, j’aurai 54 ans (houlà, ça fait peur !). Little Miss S. sera âgée de 23/24 ans et petite crevette (c’est le nom temporaire que j’ai choisi de donner ici à bébé 2) de presque 20 ans donc.

J’écris un peu la suite comme une promesse que je me fais à moi-même. Alors, peut-être que je n’arriverais pas à atteindre tous mes objectifs ou que mon comportement ne sera tout à fait celui dépeint ci-dessous, mais je pourrais au moins relire ces quelques lignes pour essayer de retomber sur mes pattes (une sorte de retour vers le futur quoi !)

Dans 20 ans, j’aimerais être :

  • Une maman présente mais pas étouffante. Je serai là si mes enfants ont besoin de moi mais je n’interfèrerai pas/ne m’immiscerai pas dans leur vie s’ils ne me le demandent pas. Je sais que ce sera dur pour moi de ne pas avoir de nouvelles tous les jours par exemple, mais il faudra bien que je fasse avec !
  • Une maman à l’écoute, peu importe la distance qui nous sépare (pitié, ne partez pas vivre à l’autre bout du monde non plus, hein ! Ou en tout cas pas trop longtemps !).
  • Une maman qui soutient ses enfants, peu importe leurs choix, même si ceux-ci ne correspondent pas à ceux imaginés pour eux. Des conseils oui, des jugements non!
  • Une maman qui garde pour elle son stress et ses inquiétudes concernant ses enfants (s’ils sont d’un naturel inquiet comme moi, autant ne pas en rajouter !)
  • Une maman qui se tient au courant des nouvelles technologies (pour pouvoir communiquer jusqu’en Australie au cas où… 😉
  • Une maman qui ne se laisse pas aller physiquement (après ma 2e grossesse, je me remets au sport ! Promis !)

Voici une liste non exhaustive que je pourrai compléter au fil des années. Mais en tout cas, maintenant que c’est écrit noir sur blanc, je n’aurai plus d’excuses. La Elodie du futur a intérêt à assurer !

Et vous, vous voudriez être quelle maman dans 20 ans?

 

Enceinte et angoissée

beautiful-young-pregnant-woman-in-beach-beautiful-pregnant-161569.jpeg

Je suis une fille angoissée. Je l’ai toujours été. Je m’inquiète beaucoup et j’imagine toujours le pire… Pour ma première grossesse, j’étais très stressée au début, surtout après mon décollement et mes saignements, mais tout s’est calmé une fois les trois mois fatidiques passés. Quelque chose me disait que tout allait bien aller, je le sentais au fond de moi.

Pour cette grossesse, c’est tout à fait différent ! Sans doute d’ailleurs à cause de la fausse-couche que j’ai vécue en juin dernier. Aujourd’hui, à 17 sa, j’ai toujours aussi peur de perdre mon bébé.

L’apparition/la disparition de symptômes, le fait de ne pas encore le sentir bouger (oui je sais c’est tôt !), de parfois porter des choses trop lourdes ou de recevoir des petits coups involontaires dans le ventre de la part de Little Miss S, de ressentir des douleurs plus ou moins fortes… tout ceci m’inquiète. Je ne vis pas la grossesse sereine que j’aurais souhaitée. C’est dommage, je le sais, car ce sera sans doute ma dernière fois dans le monde merveilleux des gros bidous.

Ce qui aggrave mes inquiétudes, c’est bien sûr Internet. Cet accès direct à toutes les informations possibles, à tous les questionnements, toutes les craintes des futures mamans… n’est pas du tout un bien, en tout cas pour moi !

C’est comme lorsque l’on est un peu malade et que l’on se renseigne sur n’importe quel Forum Santé. À force de chercher, on se découvre bien sûr atteint d’une maladie incurable qui nous emportera en quelques mois. Hypocondrie bonjour !

Outre les problèmes de santé que peuvent rencontrer les femmes enceintes ou les fœtus, tout ce que je mange m’inquiète énormément.

Est-ce que j’ai le droit de manger ceci ou cela ? Est-ce que Mister V. a bien lavé la salade ? Le frigo a-t-il été bien fermé pendant la nuit ? Oh mon dieu j’ai mangé du poisson cru sans le savoir ! Oh mon dieu l’endive que j’ai mangée avait un goût de terre… Vite, un petit tour sur Internet pour me rassurer… ou pas. En général, cela m’angoisse encore plus !

Et le jambon contaminé à la listériose on en parle ? C’est moi ou tout cela arrive uniquement pendant que JE suis enceinte ? Paranoïa bonjour !

Bon, je grossis (un peu) le trait mais mes pensées sont vraiment braquées sur tous les risques que je pourrais faire courir à mon bébé. Et c’est épuisant !

Alors, comme je ne peux pas débrancher mon cerveau (parfois j’aimerais, vraiment !), j’ai décidé de laisser tomber Internet. De ne plus aller voir si, si je mange du pain moisi par inadvertance, cela aura des conséquences sur le développement de mon futur enfant. De fuir les Forums et autres blogs qui me renvoient à des pensées négatives. De ne plus m’angoisser à chaque fois que je croise une personne qui tousse, parce que c’est sûr, je vais attraper la grippe et qu’une forte fièvre peut tuer le fœtus…

Je n’ai pas envie que mon bébé ressente toutes ces peurs. J’essaie de me raisonner et de penser à des choses positives, de me projeter un peu plus et de commencer à préparer tout doucement son arrivée.

Ne t’inquiète pas mon petit cœur, le monde extérieur n’est pas si hostile. Je te promets d’essayer d’être plus zen à partir de maintenant. Maman.

 

L’annonce à notre fille

pregnant-pregnancy-mom-child.jpg

Je voulais faire un billet sur l’annonce de ma grossesse à nos proches. Mais finalement, je me suis ravisée. Nous n’avons rien fait d’extraordinaire et cela a eu lieu tout naturellement.

Par contre, je souhaitais vous parler de THE annonce, l’annonce la plus importante pour nous. Celle faite à Little Miss S.

Nous avons décidé de lui faire part de la grande nouvelle après l’écho du 1er trimestre. Je suis allée au rendez-vous accompagnée par Mister V. Il avait lieu vers midi. Nous sommes ensuite allés fêter la bonne nouvelle au restaurant et nous avons fait quelques emplettes pour Little Miss S. Un livre « Tchoupi devient grand-frère » (nous n’avons pas trouvé la version féminine, les autres livres annonçaient le sexe du bébé, donc impossible de lui acheter Machin va avoir un petit frère ou Truc va avoir une petite sœur). Nous lui avons également pris un petit jouet.

Nous sommes ensuite rentrés à la maison. Puis Mister V. est allé la chercher à l’école.

Une fois son goûter avalé, nous nous sommes assis tous les trois sur le canapé et c’est non sans émotions que je lui ai dit que j’avais un bébé dans le ventre et qu’elle allait être grande sœur.

Lire la suite

3 longs mois d’attente

pexels-photo-791058.jpeg

Lors de mon dernier billet, je vous annonçais la grande nouvelle (en tout cas pour notre famille, hein), je suis enceinte !

Je vais vous raconter aujourd’hui comment j’ai découvert ma grossesse et comment j’ai vécu ce premier trimestre, quelque peu éprouvant.

Mais commençons par le commencement…

La reprise des essais

Comme vous le savez si vous lisez régulièrement ce blog, après ma fausse-couche ou « grossesse arrêtée » (terme que l’on donne quand le cœur de l’embryon a cessé de battre) et le curetage qui a suivi, j’ai eu des problèmes de santé et plus exactement des soucis d’hyperactivité de la vessie (elle n’a pas beaucoup aimé être sondée pendant l’intervention apparemment). J’ai donc dû prendre un traitement afin de la rééduquer. J’ai suivi ce traitement pendant trois mois et comme il me provoquait des extrasystoles (que j’ai toujours d’ailleurs), j’ai décidé de l’arrêter, avec l’accord de mon médecin. De plus, il n’était pas conseillé de tomber enceinte en prenant ce médicament et nous envisagions toujours d’agrandir la famille un jour ou l’autre.

Heureusement, côté vessie, tout est rentré dans l’ordre malgré l’arrêt du traitement. Nous avons donc attendu un mois, histoire que mon corps élimine un peu toutes les molécules ingurgitées pendant un trimestre, et repris les essais bébé 2 en octobre. J’avais toujours la crainte que mon souci urologique réapparaisse, mais non. Après le curetage, je n’avais pas repris la pilule, toujours dans l’optique de relancer les essais un jour ou l’autre.

Le cycle d’octobre a commencé. J’ai repris mes petites habitudes avec mes tests d’ovulation. J’ovule toujours très tôt dans le cycle: à j9 ou j10. Mes règles sont arrivées. Je n’étais pas du tout déçue. Je ne m’attendais pas à ce que ces essais soient rapides. Pour ma 2e grossesse, nous avons mis 10 mois avant que cela fonctionne (pour mal se terminer).

Nouveau cycle en novembre, tests d’ovulation, câlins avant pendant et après le petit smiley qui te dit de foncer. Les jours passent. Je me sens un peu bizarre mais rien qui ne me mette vraiment la puce à l’oreille. Pour moi, c’est sûr, on va mettre trèèèèssss longtemps avant d’y arriver. Le 7 décembre, au matin, je suis un peu dégoûtée par l’odeur de mon déodorant. Mes seins me font un peu mal mais c’est normal juste avant mes règles. Pourtant, j’ai un petit doute. Je sors un peu plus tôt du travail et j’hésite. J’ai envie de rentrer chez moi tout de suite et en même temps j’irai bien faire un petit tour à la pharmacie pour acheter un test de grossesse. Finalement je choisis la deuxième option. Je me procure un test précoce car nous sommes jeudi et que je suis censée avoir mes règles samedi. J’ovule très tôt mais mes cycles font tout de même entre 28 et 29 jours, je n’ai jamais vraiment compris pourquoi ils n’étaient pas plus courts, mais bon, c’est comme ça !

Je rentre chez moi. Je joue avec ma fille. Mon mari arrive. C’est à son tour de lui donner le bain. Je profite qu’ils soient tous les deux à l’étage pour faire mon test. Et là, la barre s’affiche tout de suite. Pas de doute possible. Elle est bien foncée, bien nette. Je suis contente, mais je ne saute pas de joie. J’ai toujours le souvenir de ma fausse-couche bien présent à l’esprit.

Je fais ma prise de sang le lundi. Le taux est normal. Ouf ! C’est plutôt bon signe. Je prends alors rendez-vous chez ma gynécologue. Le 21 décembre je me rends chez elle avec ma maman (j’ai trop peur d’apprendre une mauvaise nouvelle et d’être encore toute seule à ce moment-là). Heureusement tout va bien (il y a un petit cœur qui bat), à part un petit décollement. J’ai des décollements à chaque grossesse. Ils sont dus à mes problèmes hormonaux. La gynécologue me dit de me reposer, d’éviter la voiture et me prescrit des ovules de progestérone à mettre tous les soirs. Je suis en congés le lendemain pour deux semaines, c’est déjà Noël ! Les vacances se déroulent dans la joie, la bonne humeur, le repos et le stress (pour moi). Je guette chaque diminution de symptômes. Moins de nausées ? C’est forcément mauvais signe ! Les seins moins douloureux ? Ça y est la grossesse s’est arrêtée… Je fais beaucoup de cauchemars aussi ! Bref, je psychote ! Et j’embête les quelques personnes qui sont au courant avec toutes mes angoisses.

Lire la suite

Des nouvelles de mon bidou

pexels-photo-259363.jpeg

 

Alors oui, c’est un titre un peu bizarre que je vous livre aujourd’hui. Je ne vais pas vous parler de problèmes gastriques ou digestifs. Non, rassurez-vous!

Ce billet sera dédié à mon bidou, car mon bidou n’est plus vide. Il abrite actuellement un tout petit bébé. Je suis en effet enceinte de 3 mois. J’ai eu ma visite des 12 sa hier.

Je vous raconterai les prémices de cette toute nouvelle aventure bientôt.

Je vous avoue qu’avec ma fausse-couche et un début de grossesse un peu compliqué, je ne suis pas du tout sereine (même si tout va bien pour le moment hein!).

Je stresse beaucoup, j’angoisse pour tout. Hier, par exemple, j’ai mangé de l’anchois. Je ne savais pas qu’il était cru. Et j’ai lu sur Internet que c’était le seul poisson qui était potentiellement porteur de la toxoplasmose. Bref, depuis je ne suis pas bien du tout.

Je voulais quand même partager avec vous cette très bonne nouvelle. Nous sommes très heureux et l’avons annoncé à la future grande sœur (un grand moment).

Je pense actuellement à toutes celles qui sont dans l’attente, qui ont subi plusieurs échecs et qui espèrent tant un + qui ne vient pas. Je suis vraiment de tout cœur avec vous. Tout ceci n’est pas facile. Je sais que pour nous, ce n’est que le début. Rien n’est encore gagné. Mais la première étape est passée et c’est déjà un soulagement.

Je reviens vite vous raconter tout cela! Promis!!!

A très vite!

 

Nos voyages

 

DSC_0406 (2).JPG

Mister V. et moi avons une passion commune: les voyages. Nous adorons découvrir d’autres pays, d’autres cultures, une gastronomie et des coutumes différentes. Bref, les voyages c’est notre dada. Nous avions d’ailleurs choisi ce thème pour notre mariage.

Cela va faire bientôt dix ans que nous sommes ensemble et en une décennie, nous avons visité plusieurs contrées, éloignées ou pas. Depuis que nous sommes parents, nous avons un peu freiné nos envies d’escapades, même si nous voulons continuer à voyager afin de transmettre cette passion à notre fille.

Il y a quelques jours, une de mes amies a partagé sur Facebook de nouvelles destinations au départ de l’aéroport Marseille Provence. Et cela a réveillé mes envies de bougeotte. En fait voyager me manque beaucoup et je ne m’en étais pas aperçue!

Cette année, nous n’avons pas encore programmé nos vacances avec Mister V. bien que la Crète nous fasse de l’œil. Alors, pour compenser un peu ma frustration, je me suis dit que j’allais préparer pour le blog une rétrospective de tous les voyages que nous avons faits avec Mister V. depuis 10 ans.

Je vous rassure tout de suite, je ne vais pas entrer dans les détails de tous nos périples (le billet ferait 300 pages). Si jamais une destination vous intéresse plus qu’une autre et que vous voulez que je vous donne quelques petites adresses (si je les ai encore!), conseils ou précisions, faites-moi signe! Voici donc un condensé de nos pérégrinations entre 2008 et 2017.

2008: Stockholm 

Notre premier voyage en amoureux. Nous étions partis quelques jours en novembre. Je me souviens d’une ville agréable dans laquelle nous avons énormément marché, du marché couvert et de bars sympathiques.

 

DSC01158.JPG

2009: Belgique, Italie (Florence), Croatie et Angleterre (Londres)

Cette année-là, nous sommes partis souvent. Nous avons profité du fait que Mister V. était en mission sur Melun (oui pendant un an, snif!) pour visiter la Belgique (et notamment Bruxelles et Bruges).

SL372671.JPG

Nous avons également visité la sublime ville de Florence.

DSC01402.JPG

En été, nous avons choisi la Croatie comme destination de vacances. J’y étais déjà allée avec un ex amoureux (nous avions fait un road trip en « Europe de l’Est »: Italie, Slovénie, Croatie, Hongrie, République tchèque, Autriche, Allemagne et re-Italie). Pour Mister V. et moi, la Croatie reste un de nos meilleurs souvenirs de voyage. Nous avons adoré. Le soleil, la mer, les lacs, les apéros en terrasse et la beauté des paysages. Nous étions partis en voiture et nous nous sommes arrêtés dans plusieurs endroits (Plitvice, Zadar, Split: notre ville préférée, Dubrovnik…), sur trois semaines. Le top!

SL372982.JPG

 

En fin d’année, nous avons passé un week-end à Londres (on profitait toujours de la proximité de Paris, via Melun). Il a beaucoup plu, mais en novembre, on ne s’attendait pas à mieux! Buckingham Palace, British museum, écureuils (limites agressifs) dans les parcs, brunch, visite de Convent Garden, shopping… un week-end bien sympathique!

SL373500.JPG

2010: Andalousie 

Mister V. et moi sommes de grands fans de l’Espagne. Nous adorons l’ambiance, la gastronomie et les gens. C’est un pays qui nous correspond bien (tapas et sangria! Olé!) #désoléepourlesclichés. Nous avons visité Malaga (notre avion arrivait là-bas): c’est plutôt joli mais ce n’est pas, pour moi, une ville à voir en priorité. Nous avions loué une voiture et sommes ensuite allés à Séville et Grenade (toutes les deux incontournables). Nous avons préféré Séville. Nous y sommes d’ailleurs retournés en 2011.

SL376310.JPG

2011: Mexique

Alors là, je peux le dire sans aucune hésitation, il s’agit du plus beau voyage que nous ayons fait. Nous sommes partis trois semaines. Et c’était juste magique! Nous avions décidé de notre parcours et réservé nos hôtels avant de partir (je n’aime pas trop l’imprévu et j’ai besoin d’un certain confort). Nous avons atterri à Mexico fin avril et y sommes restés quelques jours. Heureusement d’ailleurs car la valise de Mister V. a été perdue et ils nous l’ont amenée à l’hôtel un jour avant notre départ de la capitale. Ouf! Nous en avons profité pour visiter le site du Téohituacan, avec ses pyramides de la lune et du soleil. Magnifiques! Nous sommes ensuite partis pour Taxco, puis Puebla. Nous voyagions en bus. Le pays est très bien desservi par ce moyen de locomotion, il n’y a pratiquement pas de trains. Ce sont de grands bus climatisés (parfois trop) avec des sièges très confortables et des films diffusés pendant chaque long trajet. Nous avons ensuite pris un vol intérieur pour rejoindre la péninsule du Yucatan et la ville colorée de Campeche. Nous avons pu visiter Edzna, un site archéologique maya. Nous sommes ensuite partis dans la ville paisible de Valladolid. Sur la route, nous avons visité le très connu site archéologique de Chichén-Itza. Puis nous avons profité quelques jours des magnifiques plages de Tulum et nous sommes repartis à Mexico pour reprendre notre avion. Un voyage tout simplement parfait!

mexique (104).JPG

mexique (79).JPG

mexique (52).JPG

 

2012: Rome et New-York

C’est à Rome que mon mari m’a demandée en mariage. Rome est pour moi (et sans doute pour de nombreuses personnes) une des plus belles villes d’Europe. Tellement chargée d’histoire. Tellement belle, tellement vivante. Depuis ce jour de juin, elle est encore plus spéciale pour nous. Rome, ti amo!

rome (1).JPG

rome (40).JPG

En septembre, tous jeunes fiancés donc, nous avons pris l’avion direction New-York pour dix jours! Une ville qui me faisait rêver depuis des années! Et je n’ai pas été déçue. Lorsque l’on déambule dans la Grosse Pomme, on a tout le temps le nez en l’air. Les grattes-ciels sont impressionnants, la vie va à 100 à l’heure et les New-yorkais sont très gentils et nous ont toujours aidés quand nous cherchions notre chemin. Nous avons (entre autres) arpenté ses différents quartiers en long en large et en travers, nous avons assisté à un match de base-ball (nous n’avons rien compris aux règles), fait un coucou à la Statue de la Liberté, applaudi la comédie musicale Le Roi Lion à Broadway, baladé dans Central Park, visité les musées de la ville et même aperçu Ricky Martin à Times Square (oui oui). Nous avons tellement marché que malgré les hamburgers-frites et autres hot dogs ingurgités durant le séjour, j’ai perdu du poids (ce qui n’était pas négligeable à moins d’un an de notre mariage!).

nyc (200).JPG

nyc (247).JPG

2013: Sicile (Palerme) et Bali

L’année de notre mariage, nous avons fait un petit break dans nos préparatifs et nous sommes partis en février à Palerme. Nous avons beaucoup aimé la Sicile ainsi que les gens que nous avons trouvé très sympathiques. Nous avons d’ailleurs beaucoup discuté avec eux.

Notre voyage principal cette année-là a bien sûr été notre voyage de noces. Nous sommes partis deux jours après notre mariage à Bali. Une destination de rêve. Nous avions contacté une agence de voyage locale qui nous a concocté un beau séjour avec guide et chauffeur (très gentils tous les deux, nous sommes d’ailleurs restés en contact via Facebook). Nous nous sommes laissés porter pendant trois semaines et c’était très agréable mais nous n’avions pas vraiment l’habitude d’être autant encadrés. Cela nous a un peu perturbés au début. Mais, après le Mexique, c’est le voyage que nous avons préféré. Nous sommes allés à Sanur et au marché de poissons de Kedonganan, visité le temple d’Uluwetu, de Tanah Lot et d’Ulun Danu. Nous avons dormi à Mundunk, dans un hôtel situé dans une plantation de café. Un endroit paradisiaque. Nous nous sommes baladés, toujours avec un guide, dans la jungle autour du lac Tamblingan sur lequel nous avons même fait de la pirogue! Notre guide était fan de chansons françaises et nous avons chanté la fameuse chanson de Christophe « Aline » pendant que nous ramions, avec lui. Un moment assez surréaliste mais très drôle! Nous nous sommes ensuite baignés dans les sources d’eau chaude de Banjar et visité un monastère bouddhique. Nous avons ensuite dormi dans la petite ville d’Amed. Nous sommes allés voir les nombreuses et magnifiques rizières de Bali, découvert le palais d’eau d’Amlapura et le temple de Besakih. Nous sommes également restés quelques jours à Ubud avant de partir pour l’île paradisiaque de Lombok. Nous avons fini notre séjour sur une autre île, un peu plus « sauvage », qui s’appelle Gili Trawagan.

SL371056.JPG

SL371359.JPG

SL371661.JPG

SL371740.JPG

2014: Pays-Bas

Nous sommes début mai, je suis enceinte de presque trois mois. Nous partons donc visiter les Pays-Bas, notre dernier voyage avant de devenir parents. Nous avions loué une voiture là-bas et nous avons donc fait un petit tour du pays (Amsterdam, Harleem, Leyden, Edam, l’île de Texel…). Pas de bières pour moi mais j’ai mangé là-bas les meilleures frites de ma vie!

SL372186.JPG

SL372202.JPG

SL372277.JPG

2015: Ardèche et Madrid

Cette année-là nous sommes partis pour la première fois en vacances tous les trois. Little Miss S. avait 6 mois. Nous ne nous sommes donc pas aventurés bien loin. Nous avons choisi l’Ardèche et avons passé une semaine entre visites, siestes et piscine (il faisait un peu froid en mai mais je n’ai pas pu résister).

DSC_0157.JPG

Pour les 35 ans de Mister V., en octobre, nous sommes partis trois jours à Madrid, en amoureux. C’est la seule et unique fois que nous avons laissé Little Miss S. Elle était entre de bonnes mains avec ma maman et tout s’est très bien passé, pour elle comme pour nous. Ce séjour nous a fait du bien mais nous étions ravis de rentrer pour retrouver notre bébé!

2016: Corse

Little Miss S. a presque deux ans. Nous sommes au mois de juin et nous prenons le bateau pour la Corse. Le trajet s’est très bien passé. Little Miss S. a dormi dans sa poussette et a profité des jeux pour enfants présents à bord. De belles vacances durant lesquelles nous avons bien profité (visites, baignades, restos…)! Nous avons logé une semaine à Algajola (à côté de l’île Rousse) et une autre semaine dans le Golfe de Sagone. Mister V. et moi connaissions déjà l’île de beauté mais nous trouvions que c’était une jolie destination, adaptée à un séjour avec un enfant en bas âge.

DSC_0395 (3).JPG

DSC_0491 (3).JPG

2017: Portugal

L’année dernière, nous sommes partis tous les trois au Portugal et plus précisément en Algarve. C’était la première fois que Little Miss S. prenait l’avion. Baptême réalisé avec succès! De belles vacances qui nous ont permis de nous reposer mais également de découvrir des paysages magnifiqueset une douceur de vivre. Je pense que nous retournerons au Portugal. J’aimerais beaucoup visité Lisbonne un jour.

DSC_0381 (2).JPG

DSC_0608 (3).JPG

DSC_0649 (3).JPG

Et voilà, vous savez tout ou presque! Après tout cela, j’ai envie de mettre un maillot dans une valise, d’embarquer enfant et mari et d’aller prendre le premier avion! J’espère en tout cas que je ne vous ai pas trop ennuyé avec ces récits de voyage très condensés.

Une petite envie de voyage? Faites-moi rêver! 

Passion prénoms 2

Prénoms

 

Coucou me revoilà !

Pour ce premier billet de 2018, je vous souhaite tout d’abord une très bonne année!

Je suis vraiment désolée pour cette absence prolongée mais la reprise n’a pas été de tout repos. Promis, je vais me rattraper pour être plus présente sur le blog désormais.

Et pour commencer du bon pied, je vais répondre au tag de la géniale Frau Pruno* qui a eu la gentillesse de me nommer en commentaire (non non je n’ai pas beaucoup insisté ! Bon, d’accord, si, un peu) concernant un sujet qui me passionne : les prénoms.

J’avais déjà d’ailleurs écrit sur le sujet ici. Mais plus de blabla, je m’en vais de ce pas répondre aux questions posées :

Quels sont les 2 prénoms de fille et de garçon que tu préfères parmi la liste des prénoms les plus donnés en France en 2017 ?

Alors, j’avoue que pour ma fille, nous n’avons pas du tout fait attention à ce genre de listes. Certaines personnes ne veulent absolument pas que le prénom de leur enfant figure parmi les plus donnés de l’année précédente par exemple. Nous non. Ce qui nous importait était de trouver un prénom qui nous plaise à tous les deux. Comme vous le savez, je m’appelle Elodie, un prénom plutôt populaire dans les années 80 et j’ai souvent été en classe avec une autre fille portant le même prénom que moi. Cela ne m’a absolument jamais dérangée. Donc je n’ai pas cette peur que cela arrive un jour à mon enfant. Pour le moment personne ne porte son prénom à l’école, mais ce ne sera pas un drame si c’est le cas un jour. Bref, pour répondre à la question : mes deux prénoms de fille préférés dans cette liste sont : Lucie (Little Miss S. a failli s’appeler comme ça) et Élise. Concernant les garçons ce serait Noé et Nathan (en hommage à Nathan des World’s Apart bien sûr, ceux qui me connaissent dans la vraie vie savent que ce n’est pas forcément que de l’humour #groupie).

Quels sont les 2 prénoms de fille & de garçon que tu aimes le moins parmi cette liste ?

C’est difficile pour moi de « juger » un prénom. Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas mais je ne me permettrais pas de dire que le prénom de ma fille est par exemple plus beau que le prénom de sa copine Barbie par exemple (je vous rassure, Little Miss S. n’a pas de copine qui s’appelle Barbie). Ne vous vexez donc pas si votre enfant porte les prénoms que je vais citer. Ceci n’engage que moi. Pour les filles, les deux prénoms que j’aime le moins : Éden (je vois plutôt un garçon quand je pense à ce prénom) et Romane. Pour les garçons : Marceau (désolée mais je pense au mime direct) et Aaron (pas assez doux pour moi).

Si tu avais eu des jumeaux comment les aurais-tu appelés ?

Alors là, bonne question ! Roméo et Juliette ? Jeanne et Serge ? Bon, supposons d’abord que ce soit des jumeaux du même sexe. J’avais des copains qui sont jumeaux et qui s’appelaient Benjamin et Alexandre. Pourquoi pas. Classiques et jolis.

Pour des filles : Éline et Tiphaine (tout simplement parce que j’aime ces prénoms).

Si tu pouvais changer ton prénom par un autre lequel serait-il ?

J’aime bien mon prénom donc c’est une question difficile. Peut-être un prénom qui faisait un peu princesse quand j’étais petite comme Belinda ou Ophélie.

Quel est ton prénom inspiré d’animaux préféré ?

Je dirai Arthur (ours en celte). Mais en fait ce serait plus pour Arthur Rimbaud hein.

Quel est ton prénom, inspiré de couleur, préféré ?

Sans hésiter : Rose.

Ton top 3 des prénoms de garçon :

Je garde pour moi le prénom que je donnerais à mon fils si jamais j’en ai un, un jour. Je vous donne donc mon top 234 lol :

Noé

Maxime

Paul

Ton top 3 des prénoms de fille :

En faisant abstraction du prénom de ma fille que je placerais bien sûr en n°1 :

Victoire (prénom impossible à donner à cause de notre nom de famille)

Lucie

Iris

Quel est ton prénom de bébé de star préféré ?

J’avoue, j’ai regardé sur Internet pour répondre à cette question. Et concernant les bébés nés en 2017, j’aime bien Léna, la fille de Gérard Darmon ou Élias, le fils de Julie Zenatti.

Quel prénom est ton péché mignon (un prénom que tu aimes bien mais que tu n’assumes pas vraiment d’aimer) ?

Ce n’est pas que je n’assume pas d’aimer ce prénom, c’est surtout que quand j’en ai parlé à Mister V., il s’est bien moqué de moi. Il s’agit du prénom Isaure. Je le trouve beau, élégant et original. Mon mari pensait que c’était un prénom de garçon. Pfff n’importe quoi !

Quel est le prénom que tu n’aimes vraiment pas ?

Je dirai Hervé (ça sonne comme énervé). Je ne suis pas fan non plus des prénoms américains (Brenda, Dylan…)

Quel est ton prénom inspiré, de nourriture ou boisson, préféré ?

Madeleine. Pour mon côté gourmand et littéraire 😉

Quel est ton prénom inspiré de fleurs, arbre, nature préféré ?

Il fait partie de mon top 3 : Iris.

Quel est ton prénom, inspiré d’un film ou d’une série, préféré ?

Comme Frau Pruno, il s’agit de Victoire (vive la Boum et Sophie Marceau). Ou encore Paloma tiré du livre « L’élégance du hérisson » puis du film qui en a découlé. Mais mon mari n’aime pas.

Choisi le prénom que tu préfères dans ton entourage.

Camille et Lise. Les prénoms de deux cousines de Mister V., donc impossible à donner pour nous, malheureusement.

Et voilà, j’ai répondu à ces questions avec beaucoup de plaisir. Je vous dis à très vite pour un prochain billet (promis promis) et si en attendant, vous voulez parler prénoms, je suis là !

 

* Tag lui-même lancé par la tout aussi talentueuse Angélique